De tortues en aiguilles 3

De tortues en aiguilles 3

Lecture

Je ne peux passer une journée sans lire..................................


La fille de papier

Je viens de terminer ce beau livre de Guillaume Musso:

 

La Fille de papier

 

La Fille de papier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Résumé du livre

 

Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d'inspiration, voit surgit dans sa vie l'héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s'il arrête d'écrire. Impossible ? Et pourtant ! Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s'entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel...

 

 

//www.lafilledepapier.com/

 

Guillaume Musso

 

musso53.jpg

 

J'ai déjà lu pas mal de livres de cet auteur que j'adore!

Voir mon précédent article:ICI


20/08/2011
4 Poster un commentaire

Annie Girardot

Je viens de terminer ce livre passionnant offert par ti-mari:
 
 Annie Girardot : Pour le meilleur et pour le pire ! Le destin d'une star authentique
 
 
Plus d'un demi-siècle durant, elle n'a cessé d'étaler, au fil de ses rôles ses immenses talents, incarnant avec le naturel qu'on lui connaît la femme libérée des années soixante, soixante-dix.
Séductrice parmi les séductrices, ses amours furent à son image, souvent empreints d'une passion débordante. Renato Salvatori, l'amour de sa vie, le père de sa fille Giulia, elle le rencontra sur le tournage de Rocco et ses frères. Puis Claude Lelouch, subjugué par le personnage, tombera follement amoureux. Il la fera tourner avec Montand dans Vivre pour vivre... S'enchaînèrent plus de 200 films où elle partagea les premiers rôles avec les plus grands: Bardot, Gabin, Ventura, Delon, Noiret, de Funès, Cassel, Mitchum, Hossein...
Elle collectionna les amants, pour le meilleur et quelquefois pour le pire et ce avant d'entamer une longue descente aux enfers où la drogue, l'alcool et l'amant du moment lui firent toucher le fond. Ruinée, elle devra son salut, quelques années plus tard au théâtre avec Madame Marguerite et à la télévision grâce aux grandes sagas Orages d'été et Le vent des moissons. L'ami fidèle Claude Lelouch lui offrira un rôle admirable dans Les Misérables qui lui vaudra un César et ce grand moment d'émotion, où, sur scène, poignante, elle annonce: " Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi, le cinéma français a manqué follement.
Eperdument. Douloureusement. Votre accueil, ce soir, me laisse espérer que, peut-être, je ne suis pas tout à fait morte. " En 2002, c'est Delon, l'ami de toujours, qui lui remet un Molière d'honneur pour sa carrière théâtrale. Sa dernière apparition à l'écran, le 21 septembre 2008, est un message d'amour qu'elle adresse à sa famille, à ses amis, à nous tous, qui l'avons tant aimée. S'ensuit ce que l'on sait.
C'était le 28 février 2011, à Paris. Il était 16h30.
 

04/08/2011
10 Poster un commentaire

Le voleur d'ombres

Je viens de terminer ce très beau livre offert par Matthieu et dédicacé par Marc Levy!J'ai adoré!
 
 

Résumé

 
"Maintenant, assieds-toi, il faut que l'on parle, a dit l'ombre".
Je me suis assis en tailleur sur le sol. "Tu as un pouvoir très rare, il faut que tu acceptes de t'en servir, même s'il te fait peur. "Pour quoi faire? "Trouve pour ceux dont tu dérobes l'ombre cette petite lumière qui éclairera leur vie, un morceau de leur mémoire cachée, c'est tout ce que nous te demandons. "Nous ? "Nous, les ombres, souffla celle à qui je m'adressais". J'ai souri, je comprenais très bien de quoi elle parlait ".
 
 

Le narrateur, un jeune enfant dont l’auteur ne mentionne pas le nom, a peur de la nuit, « des formes qui s’invitent dans les ombres du soir », et affronte des malheurs impitoyables à l’école comme dans sa vie personnelle. Un jour, il apprend – à travers une ombre dotée de parole – qu’il possède le pouvoir de voler les ombres et de parler avec elles, ce qui lui permet de connaître les problèmes dont souffrent les gens de son entourage.

 

 

J'ai déjà beaucoup lu Marc Levy:voir ICI

 


 

 


23/07/2011
14 Poster un commentaire

Colette Vlérick

Je viens de terminer ce très beau livre offert par Ammaria encore merci mon amie!J'ai adoré!
 
 
Le brodeur de Pont-l’Abbé
 

 
Pont-L'Abbé, pays bigouden, 1905...
Depuis qu'il a croisé les yeux bleus d'Hélène qui peignait sur les quais de la ville, Yann Toulemont dix-sept ans - sait enfin quel sens donner à sa vie. Il ne sera pas tailleur comme son père. Il va peindre ! Lui qui a toujours rêvé de papier, de pinceaux, de couleurs... Oui, il peindra, mais avec des fils et des aiguilles. Il sera brodeur Et pour conquérir sa belle, il brodera le plus joli corsage qu'on n'ait jamais vu. Mais il ignore que le destin peut parfois se montrer plus cruel que le vent qui balaie les côtes bretonnes en hiver...
 
Si vous aimez la broderie,la Bretagne....vous serez sous le charme!Et même si vous n'aimez pas celà vous serez conquis!
 
Colette VLÉRICK
 
 
 
Colette Vlérick est née dans une famille où se mélangent les langues et les peuples : de la Charente-Maritime au Nord en passant par l'Espagne, la Belgique, le Schleswig-Holstein. Elle découvre le Finistère à vingt-trois ans. Coup de foudre pour la beauté du pays et l'hospitalité de ses habitants qu'elle n'oubliera jamais. Après un détour à Paris et en Suisse, elle trouve son port d'attache à Plouguerneau, où elle vit actuellement.
Traductrice de profession, La Fille du goémonier est son premier roman, qui sera récompensé par un grand succès en librairie et par le prix Bretagne 1998.
Les romans de Colette Vlérick témoignent tous de son attachement profond à la Bretagne, son pays d'adoption, et s'appuient sur des recherches historiques très pointues. Elle s'attache à faire revivre des métiers sinon disparus, du moins oubliés, à décrire des coutumes et une époque aujourd'hui révolues.
 
 

13/07/2011
9 Poster un commentaire

Richard Bohringer

Je viens de terminer ce livre écrit d'une façon qui me touche beaucoup!J'aime cette écriture!
 
Les nouveaux contes de la cité perdue
 
 
Des personnages attachants et magnifiques se retrouvent au comptoir d'Au bout du monde, le bar de la 300e Rue où se croisent ceux qui voudraient que la vie les fasse encore rêver. Il y a là John, marié deux fois et deux fois abandonné. Ce n'est pas son vrai prénom mais certains soirs il préfère s'appeler John pour voir si ça fait revenir l'amour. Il y rencontre Solange qui vit sans sexe et sans petit ami. Sauf lorsqu'elle devient Betty, Betty qui aime l'amour et les hommes. Avec Paulo, ils ont en commun un immense savoir de l'ivresse, un dégoût du monde voué au culte de l'argent, bouffi d'orgueil et de préjugés. Ensemble, ils vont prendre la route pour conquérir de nouveaux territoires à l'abri des vanités et des malveillances de l'ancien monde.
 

Bohringer Richard  

Nationalité: Sénégalaise

Biographie: 

Richard Bohringer est né à Moulins le 16 janvier 1942 d'une mère française et d'un père Allemand. Il a été élevé par sa grand mère.

Après une enfance tumultueuse,il "monte à Paris" ou il fréquente les bars qui jouent du jazz et fait connaissance avec le milieu artistique.

Père de l'actrice Romane Bohringer, il élèvera seul sa fille.

Très vite il sait qu'il veut devenir artiste. Il se lance dans l'écriture de pièce de théâtre, puis en 1970 Gérard Brach le fait tourner dans son premier rôle au cinéma.

En 1981, c'est Jean-Jacques Beineix qui permet à Richard Bohringer de se faire connaître du grand public grâce à son rôle dans le film "Diva".

Richard Bohringer est plus connu du public par ses rôles de comédien, mais aussi pour son "franc parler" devant les caméras, mais il reste aussi un écrivain de talent.

Passionné d'Afrique et du Sénégal en particulier, Richard Bohringer a pris la nationalité Sénégalaise depuis quelques années.
 
 

Ses Livres

  • 1988 : C'est beau une ville la nuit,  1989
  • 1994 : Le Bord intime des rivières,  1995
  • 1995 : Zorglub suivi de Les Girafes,  2009
  • 2005 : L'Ultime conviction du désir,  2006
  • 2006 : préface de Noirs Blancs Beurs 1940-1945 : libérateurs de la France de Charles Onana, Duboiris
  • 2007 : Carnet du Sénégal, illustrations de Virginie Broquet
  • 2008 : Bouts lambeaux, édition CD/DVD
  • 2009 : Traîne pas trop sous la pluie
  • 2011 : Les nouveaux contes de la cité perdue


 J'ai aussi lu:
 
C'est beau une ville la nuit 
 
 
  
C'est beau une ville la nuit n'est pas à proprement parler un roman autobiographique ni une simple biographie d'acteur, mais bien plutôt l'écriture d'une errance et d'une quête. «Une balade, l'œil et l'esprit grands ouverts au vif de la ville et au droit de la vie, une route de douleurs, de joies et finalement d'espérances.»
Ce livre est un fragment d'itinéraire de l'homme Bohringer avant même que les écrans renvoient cette image d'une «gueule» de cinéma et que celle-ci s'impose par la forte présence d'un comédien dont les valeurs personnelles ne se réduisent pas à sa profession et au narcissisme qu'elle entretient.
Ouvert aux autres et amoureux de l'amitié, Richard Bohringer, grand lecteur de Cendrars, de Kerouac ou de London, sait donc que la raison même de l'écrivain est de mythifier la réalité de la vie, de dire vrai même dans l'imaginaire puisque «la réalité dans tout cela, ce sont les faits, les gens non pas tels qu'ils sont mais tels qu'on les vit. C'est la règle du jeu. La seule avec laquelle il est acceptable de jouer.»
 

 

Il a dit:« La colère,ça fait vivre.Quand t’es plus en colère,t’es foutu »


30/06/2011
4 Poster un commentaire